VOTRE KINESITHERAPEUTE DU SPORT.

Santé

Sésamoïdite : Quand Marcher fait Mal à l’orteil… Comment en Guérir ?

14 Minutes de lecture

En tant que kiné, j’ai vu de nombreux cas où la marche, cette activité que nous tenons pour acquise, devient source de douleur 😩 et de frustration. Un coupable fréquent ? La sesamoïdite.

Cette affection, bien que moins connue, touche une part essentielle de notre mécanique de marche 🚶🏻‍♂️ : les os sesamoïdes. Situés juste sous le gros orteil, ces petits os 🦴 jouent un rôle majeur dans notre capacité à nous déplacer efficacement et sans douleur.

Imaginez les sesamoïdes comme les roulements à billes 🎱 de votre pied, facilitant le mouvement fluide du gros orteil et absorbant les chocs à chaque pas. Lorsque ces os sont enflammés 🔥, chaque pas peut devenir une source de douleur aiguë, surtout lors de la marche, rendant vos activités quotidiennes difficiles et douloureuses.

Dans ma pratique, j’ai constaté que la sesamoïdite est souvent le résultat d’une surcharge répétée ou d’un traumatisme direct sur ces petits os. Un scénario courant, par exemple chez les coureurs, les danseurs, et ceux qui sont souvent sur leurs pieds.

Mais la bonne nouvelle ? Avec une approche personnalisée mêlant soins ciblés et rééducation, il est tout à fait possible de surmonter cette douleur et de reprendre une vie active.

Dans cet article, je partagerai avec vous mon expérience clinique et mes connaissances sur la sesamoïdite : comment la reconnaître et, surtout, comment en guérir.

Que vous soyez un sportif ⚽️ cherchant à comprendre cette douleur sous le gros orteil ou simplement curieux ❓ de savoir comment prendre soin de vos pieds, vous êtes au bon endroit. 😉

Sommaire

🦴 Les os sesasamoïdes, c’est quoi ?

Pour mieux saisir l’origine de la sesamoïdite et l’importance de la santé de nos pieds, un (petit) cours d’anatomie s’impose.

Nos pieds sont des chefs-d’œuvre d’ingénierie naturelle, conçus pour supporter, équilibrer et propulser notre corps avec une précision remarquable. Et, au cœur de cette prouesse, on trouve les os sesamoïdes.

Anatomie de nos pieds

Nos pieds sont des assemblages complexes de 26 os 🦴, articulés par plus de 30 jointures et mis en mouvement par un réseau dense de muscles, tendons, et ligaments. Cette synergie permet des actions aussi variées que marcher, courir, sauter, ou se tenir en équilibre.

Les sesamoïdes, des acteurs discrets mais essentiels

Au cœur de cette mécanique bien huilée, se trouvent nos fameux os sésamoïdes. Ils sont au nombre de deux.

Situés sous le gros orteil, ces petits os ont un impact majeur sur notre capacité à nous déplacer. Ils agissent comme des poulies, facilitant le mouvement du gros orteil et jouant un rôle déterminant dans la distribution du poids et l’absorption des chocs lors de la marche.

Quand les sesamoïdes souffrent : l’apparition de la sesamoïdite 🔥

La sesamoidïte survient lorsque ces petits mais puissants os sont surmenés ou blessés, provoquant une inflammation douloureuse 🔥. Que cela soit à cause d’une activité physique intense, de chaussures inadaptées, ou de caractéristiques anatomiques particulières, cette inflammation peut fortement perturber notre quotidien.

Les causes de la sesamoidite : pourquoi nos pieds souffrent ? 🧐

Comprendre les racines d’un problème est souvent la clé 🔑 de sa solution. Et la sesamoidïte, cette douleur sournoise affectant les os sous notre gros orteil, ne fait pas exception. Mais qu’est-ce qui provoque exactement cette inflammation ?

J’ai identifié trois principales causes susceptibles de provoquer chez vous une sésamoïdite. De la plus fréquente à la moins fréquente :

  • +++ L’excès de pression répétitif sur la zone de l’avant-pied (là où se situent les os sésamoïdes) ;
  • ++ Le port de chaussures inadaptées ;
  • + Ou alors, vos pieds présentent une anatomie particulière favorable à une sésamoïdite.

Un excès de pression : l’ennemi numéro 1

La cause la plus fréquente de la sesamoïdite est sans doute l’excès de pression répétée sur les sesamoïdes. Les sportifs 🏉, les danseurs 💃, ou toute personne dont les activités impliquent des sauts, des courses, ou même de longues périodes debout, sont particulièrement à risque. Ces activités mettent une pression constante sur les petits os sesamoïdes, conduisant à l’inflammation 🔥.

Chaussures inadaptées

Une autre cause de sesamoïdite est le port de chaussures inadaptées. Des chaussures trop serrées, à talons hauts, ou manquant de support adéquat peuvent modifier la répartition du poids sur le pied, mettant ainsi une pression excessive sur l’avant-pied et donc sur vos sesamoïdes. Le choix de chaussures adaptées est important pour prévenir cette affection.

Caractéristiques anatomiques et mouvements répétitifs

Certaines caractéristiques anatomiques, comme :

  • un arc plantaire très haut (pied creux),🦶🏼
  • une démarche particulière,
  • un hallux valgus (oignon), peuvent également augmenter le risque de développer une sesamoïdite.

Écouter les signes de notre corps

Reconnaître les causes de la sesamoidite est un premier pas vers la prévention. En tant que kinésithérapeute, je ne peux trop insister sur l’importance d’écouter votre corps. Les signes de douleur ou d’inconfort ne doivent pas être ignorés, car ils sont souvent le premier indicateur que quelque chose ne va pas.

En prenant en compte ces facteurs de risque et en adoptant des mesures préventives, il est possible de réduire considérablement le risque de développer une sesamoïdite.

Dans la prochaine section, je vais vous aider à identifier et traiter la sesamoïdite, pour que vous puissiez continuer à avancer, un pas sans douleur après l’autre.👣😉

Identifier la sesamoïdite : symptômes et signaux d’alerte 🚨

Lorsqu’il s’agit de notre santé, être attentif aux signaux que notre corps nous envoie est essentiel. La sesamoïdite, avec ses symptômes parfois subtiles, ne fait pas exception. Comprendre ces signaux peut être le premier pas vers un rétablissement rapide et efficace.

Alors, comment reconnaître les symptômes de la sesamoïdite ?

  • ⚡️La douleur : premier indice de la sesamoïdite
    • Le symptôme le plus commun de la sesamoïdite est une douleur sous le gros orteil, particulièrement ressentie lors de la marche 🚶🏻‍♂️ ou de la course 🏃🏻‍♂️. Cette douleur peut varier d’une gêne légère à une sensation aiguë et perçante, souvent exacerbée en mettant le poids sur l’avant du pied.
  • 👉 Gonflement et sensibilité au toucher
    • Un autre signe de la sesamoïdite peut être le gonflement dans la zone des sesamoïdes, accompagné d’une sensibilité accrue au toucher. Cette inflammation peut rendre le port de chaussures étroites ou à talons hauts particulièrement inconfortable.
  • 🦶🏼Difficultés à bouger le gros orteil
    • Dans certains cas, la sesamoïdite peut également limiter le mouvement du gros orteil, rendant difficile la réalisation d’activités qui nécessitent une flexion ou une extension complète de cet orteil, comme se mettre sur la pointe des pieds.

📌 Si vous avez ces symptômes, consultez votre médecin 🧑🏼‍⚕️. Le diagnostic de la sesamoïdite est généralement réalisé à travers un examen physique approfondi. Le médecin évaluera la douleur, le gonflement, et la mobilité du gros orteil.

Et si ce n’était pas une sesamoïdite ? 😮

Des imageries telles que les radiographies, les échographies, ou les IRM peuvent également être utilisées pour confirmer la présence d’une inflammation des sesamoïdes et exclure d’autres causes de douleur au pied.

Quelles peuvent être ces autres douleurs du pied ?

La sesamoïdite peut être confondue avec d’autres affections du pied, comme :

  • la fracture des sesamoïdes,
  • l’arthrite du gros orteil,
  • la goutte💧.

📌 Si la zone est gonflée, une ponction articulaire1 💉 peut être réalisée pour éliminer les pathologies liées à la goutte.

1Ponction articulaire : procédure où une aiguille est utilisée pour extraire du liquide d’une articulation, à des fins diagnostiques ou thérapeutiques.

Vers une guérison 🩹: Comment traiter la sesamoïdite efficacement ?

Une fois la sesamoïdite diagnostiquée, l’objectif devient clair : soulager la douleur et favoriser la guérison. Heureusement, il existe une panoplie de traitements efficaces. En tant que kinésithérapeute, je peux vous assurer que, avec le bon plan d’action, il est tout à fait possible de retrouver une marche sans douleur 😇.

Il existe, à mon sens, trois principaux axes de traitement à considérer.

  • 1- Le repos, la prise d’antalgiques et le port de semelles.
  • 2- Les séances de kinésithérapie.
  • 3- Les injections de corticoïdes ou la chirurgie .

Ces trois types de traitement doivent être utilisés au bon moment et surtout adaptés à vos symptômes et à votre niveau de douleur.

🟢 1er AXE de traitement : Les méthodes passives

Parfois, l’application de ce seul traitement peut suffire à guérir d’une sésamoïdite. Cependant, il me semble largement insuffisant pour prévenir le risque de récidive à long terme.

Il y ‘en a trois :

🛏 Le repos : d’accord mais pas trop. 💤

Le traitement de la sésamoïdite débute souvent par la méthode la plus élémentaire : le repos. Cela implique généralement de limiter les activités exacerbant la douleur, telles que courir ou sauter, afin de permettre aux pieds de se rétablir.

Parfois, ce repos est complété par une immobilisation partielle de la zone touchée pour restreindre les mouvements du gros orteil et ainsi favoriser la « guérison ».

Cependant, le repos prolongé présente deux inconvénients majeurs 🚫 :

  • ❌ Premièrement, il nécessite une pause de vos activités habituelles. Bien que cela puisse temporairement soulager la douleur, à la reprise, qu’est-ce qui empêche la douleur de revenir ?
  • ❌ Deuxièmement, le fait de désaccoutumer le pied, particulièrement l’avant-pied, à supporter des contraintes peut le rendre plus vulnérable et moins apte à résister à des sollicitations répétées.
    • Il en résulte un cercle vicieux 🔄 : le repos diminue la douleur mais, simultanément, affaiblit votre pied, augmentant ainsi le risque de récidive.

📌 En bref, si le repos est bénéfique à court terme, il s’avère insuffisant pour une solution durable.

💊 Les médicaments et la glace 🧊

Pour traiter l’inflammation 🔥 et le gonflement, l’utilisation de glace et la prise d’anti-inflammatoires (AINS) sont conseillées. Dans ce cas également, je suggère de les utiliser uniquement en phase initiale pour réduire la douleur et l’inflammation excessive.

Mais rappelez vous que l’inflammation n’est pas nécessairement néfaste ; elle représente une réaction positive 👍 de votre organisme. C’est la raison pour laquelle leur usage doit être modéré.

👟 Les semelles pour traiter la sésamoidïte 🥾

Des semelles spécialement conçues ou des coussinets peuvent répartir de manière plus équilibrée le poids sur le pied, soulageant ainsi la pression sur les sesamoïdes.

⚠️ Mais attention, l’objectif des semelles n’est pas de substituer votre appui naturel, mais plutôt d’atténuer l’appui sur l’avant-pied pour soulager la douleur. Il m’est arrivé de recevoir des patients à qui on a, en première intention, proposé des semelles orthopédiques qu’ils portaient depuis des années ! 😐

Finalement, cette méthode est comparable au repos : on réduit les contraintes sur le court terme, mais à long terme, cela ne constitue pas une solution viable.

🟢 2ème AXE de traitement : Les séances de kinésithérapie active 🏋🏻‍♀️

Je souligne l’importance du terme « active », car si vos séances se résument à l’application de glace et à des massages, les bénéfices seront uniquement à court terme, similaires à ceux du premier axe de traitement.

Par « actif », je fais référence à des exercices ciblés et le renforcement musculaire du pied.

Pourquoi est-il si important de renforcer les muscles du pied quand en cas de sésamoïdite ?

L’adaptation de votre pied et de vos orteils aux contraintes environnementales ne peut se faire qu’à travers le renforcement des muscles et des structures. Bien que cela puisse paraître contre-intuitif, en imposant davantage de contraintes, vos muscles se fortifient et deviennent suffisamment robustes pour gérer sans difficulté les sollicitations quotidiennes.

Quels exercices pratiquer en cas de sésamoïdite ?

De nombreux exercices peuvent aider à renforcer vos pieds et vos orteils. Voici quelques suggestions, organisées en deux niveaux de difficulté :

  • Le niveau 1 est conçu pour les premières phases de traitement, idéal pour ceux qui commencent tout juste leur parcours de guérison.
  • Le niveau 2 s’adresse à ceux qui ont déjà développé une base solide de force et de mobilité dans leurs pieds et convient mieux à une utilisation en milieu ou fin de traitement.
Niveau 1

1. Renforcement des fléchisseurs

  • Exercice : Curls des orteils avec serviette.
  • Description : Assis avec le pied à plat sur une serviette au sol, utilisez vos orteils pour saisir la serviette et ramenez-la vers vous. Cela aide à renforcer les fléchisseurs des orteils.
  • Répétitions : 4-5 séries de 10-15 répétions.

2. Renforcement des extenseurs

  • Exercice : Levées d’orteils.
  • Description : En position debout, soulevez uniquement vos orteils en gardant le reste du pied au sol. Cet exercice renforce les muscles extenseurs des orteils.
  • Répétitions : 4-5 séries de 10-15 répétions.

3. Équilibre et proprioception

  • Exercice : Balances sur un pied.
  • Description : Tenez-vous sur un pied et maintenez l’équilibre aussi longtemps que possible. Utilisez un mur ou une chaise pour l’équilibre si nécessaire. Cela améliore la proprioception et renforce les muscles stabilisateurs du pied.
  • Durée : 30 secondes à 1 minute 5 fois.

4. Renforcement du tibial antérieur

  • Exercice : Flexions plantaires inversées.
  • Description : Assis, avec une bande de résistance autour de l’avant de votre pied, tirez le pied vers vous contre la résistance de la bande. Cela cible le muscle tibial antérieur, essentiel pour le soutien de l’arche du pied.
  • Répétitions : 4-5 séries de 10-15 répétions.

5. Renforcement du tibial postérieur

  • Exercice : Lever de talon en inversion.
  • Description : Debout, avec le poids du corps sur l’extérieur des pieds (comme si vous alliez vous faire une entorse). Levez les talons du sol en poussant vers le haut. Cela engage le tibial postérieur, qui travaille pour maintenir l’arche du pied et stabiliser la cheville pendant le mouvement.
  • Répétitions : 4-5 séries de 10-15 répétions.
Exercice tibial antérieur sésamoidïte
Niveau 2

1. Montées sur pointes avec charge

  • Exercice : Portez des poids aux chevilles ou tenez des haltères pour ajouter de la résistance pendant que vous effectuez des montées sur pointes.
  • Description : Debout, les pieds écartés à la largeur des hanches, montez lentement sur la pointe des pieds tout en tenant des haltères ou avec des poids aux chevilles. Maintenez la position haute brièvement avant de redescendre lentement.
  • Répétitions : 10-12 répétitions, 4-5 séries.

2. Sauts sur place

  • Exercice : Sauts légers sur place en restant sur l’avant-pied avec poids aux chevilles.
  • Description : Debout, effectuez de petits sauts sur place en atterrissant doucement sur l’avant-pied pour minimiser l’impact sur les sésamoïdes tout en renforçant la musculature environnante.
  • Durée : Commencez avec 30 secondes et augmentez progressivement.

3. Flexions des orteils avec bande de résistance

  • Exercice : Utilisez une bande de résistance plus forte pour augmenter la difficulté des curls des orteils.
  • Description : Assis, placez une bande de résistance autour de l’avant de vos orteils. Étendez puis fléchissez vos orteils contre la résistance de la bande.
  • Répétitions : 12-15 répétitions, 4-5 séries.

4. Balances sur bosu ball

  • Exercice : Effectuez des équilibres sur un pied sur un bosu ball pour améliorer la stabilité et la force de l’ensemble du pied.
  • Description : Tenez-vous sur un Bosu Ball avec un pied, essayez de maintenir l’équilibre aussi longtemps que possible. Pour augmenter la difficulté, effectuez des demi-squats sur le Bosu.
  • Durée : 30-60 secondes 5 fois.

5. Marche sur les talons et sur les orteils

  • Exercice : Marchez sur les talons pendant une certaine distance, puis changez et marchez sur les orteils.
  • Description : Cette activité renforce les muscles du pied et de la cheville en les utilisant de manière dynamique.
  • Durée : 1-2 minutes pour chaque type de marche.

⏱ Pendant combien de temps faut-il faire les exercices pour guérir de la sésamoidite ? ⏱

Pour le niveau 1 (début de traitement) :
  • Fréquence 📅 : Commencez par pratiquer ces exercices tous les jours ou tous les deux jours.
  • Durée de la Session ⌚️ : Chaque session d’exercices devrait durer entre 10 et 15 minutes, en fonction de votre tolérance et de la variété des exercices choisis.
  • Durée Totale : Continuez ces exercices pendant au moins 4 à 6 semaines. L’objectif est de réduire la douleur et d’augmenter progressivement la force sans provoquer d’irritation supplémentaire.

📌 Le délai de 4 à 6 semaines représente la durée minimale nécessaire pour commencer à observer les effets du renforcement musculaire.

Pour le niveau 2 (milieu/fin de traitement) :
  • Fréquence 📅 : Ces exercices peuvent être pratiqués 3 à 5 fois par semaine, selon l’intensité de l’entraînement et la réaction de votre corps.
  • Durée de la Session ⌚️ : Chaque session peut durer entre 15 et 30 minutes, en se concentrant sur la qualité des mouvements et l’intégration progressive de la charge ou de la résistance.
  • Durée totale : La période de ces exercices avancés peut s’étendre jusqu’à ce que vous sentiez une amélioration significative et stable de votre condition, souvent de plusieurs semaines à quelques mois.

Est-il nécessaire de poursuivre les exercices même après guérison de la sésamoïdite ?🤔

Mon Conseil Kiné ✅:

Je vous conseille de continuer les exercices même après guérison de la sésamoïdite, pour maintenir la force, la mobilité, et prévenir les récidives. Faites de ces exercices une habitude plutôt qu’une corvée.

Trouver des moyens de les rendre agréables ou de les combiner avec d’autres activités peut aider à les intégrer plus facilement dans votre vie quotidienne. Après guérison, pas besoin de faire beaucoup d’exercices. Une à deux séances par semaine sont suffisantes pour maintenir les gains musculaires. 😉

🟢 3ème AXE de traitement : Les injections et la chirurgie

Dans les cas où la douleur ne s’améliore pas avec les traitements conservateurs, des options plus avancées peuvent être envisagées :

  • Injections de corticoïdes 💉 : Pour réduire l’inflammation dans les cas plus sévères.
  • Chirurgie 😷 : En dernier recours, si les autres traitements n’ont pas réussi à soulager la douleur, des interventions chirurgicales peuvent être proposées pour retirer les sesamoïdes affectés ou réparer les tendons environnants.

📌 Avant de vous orienter vers ce type de traitement, faites preuve de patience. Les traitements conservateurs nécessitent du temps. Laissez votre corps de guérir progressivement.

⏳ Combien de temps pour guérir d’une sésamoïdite ? ⏳

La question du temps de guérison d’une sesamoïdite est courante et tout à fait légitime. Après tout, lorsque l’on fait face à cette affection, l’impatience de retrouver une mobilité sans douleur est naturelle.

Généralement, le processus de guérison peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, y compris :

  • La sévérité de l’inflammation,
  • Les méthodes de traitement employées,
  • Votre engagement à suivre les recommandations médicales.

Temps de guérison sésamoidïte : un aperçu général ⏰

  • Courte durée : Pour les cas légers de sesamoidite, où le traitement commence rapidement après l’apparition des symptômes, les patients peuvent commencer à ressentir un soulagement significatif en 3 à 4 semaines.
  • Durée moyenne : Dans des situations de sévérité modérée ou si le traitement est légèrement retardé, la guérison peut prendre environ 6 à 8 semaines pour que les symptômes diminuent de manière notable et que vous puissiez reprendre graduellement vos activités habituelles.
  • Longue durée : Pour les cas plus sévères ou chroniques de sesamoidite, surtout si les traitements initiaux ne sont pas totalement efficaces, le processus de guérison peut s’étendre sur plusieurs mois, parfois jusqu’à 6 mois ou plus.

📌 En bref, le temps de guérison de la sesamoïdite varie. Mais en suivant les recommandations de traitement et en faisant preuve de patience, vous pouvez vous attendre à une amélioration significative en 3 à 8 semaines.

Des pas 👣 vers la guérison : témoignages 🗣 sur la sesamoïdite

En tant que kiné, j’ai eu l’occasion d’accompagner des patients à travers leurs combats contre la sesamoidite. Leur parcours, leurs défis, et surtout, leur résilience, m’ont marqué.

Claire 👱‍♀️, la coureuse déterminée 🏃‍♀️

Claire est venue me voir avec une douleur lancinante sous le gros orteil, un obstacle majeur à sa préparation pour un marathon. Diagnostiquée avec une sesamoidite, elle a d’abord été submergée par la frustration.

Grâce à un plan de réhabilitation sur mesure, comprenant du repos, de la physiothérapie et des ajustements dans ses entraînements, elle a peu à peu retrouvé sa capacité à courir.

Sa patience et sa persévérance l’ont non seulement aidée à surmonter sa sesamoïdite mais lui ont également appris l’importance cruciale d’écouter son corps.

Mathieu 🧔‍♂️ , passionné de randonnée 🎒

Mathieu, un adepte de randonnée, a été confrontée à la sesamoidite après une excursion exigeante. La douleur, d’abord ignorée, est devenue un cri d’alarme impossible à négliger. Son diagnostic a marqué un tournant, l’incitant à revoir son approche de la randonnée. Avec un programme de réadaptation spécifique, il a progressivement retrouvé le plaisir de marcher en pleine nature, sans douleur.

Les 6 points clés 🔑 à retenir : Sésamoïdite, comment s’en sortir ?

  1. Sesamoïdite : Correspond à une inflammation des os sesamoïdes sous le gros orteil, causant douleur et gêne lors de la marche.
  2. Causes Fréquentes :
    • Surcharge répétée sur l’avant-pied.
    • Port de chaussures inadaptées.
    • Particularités anatomiques du pied.
  3. Symptômes à Surveiller :
    • Douleur sous le gros orteil, aggravée en marchant ou en courant.
    • Gonflement et sensibilité de la zone.
    • Difficultés à bouger le gros orteil.
  4. Stratégies de Traitement :
    • À court terme :
      • Repos et Immobilisation : Limitez les activités qui exacerbent la douleur.
      • Médicaments et Glace : Pour réduire l’inflammation initiale.
      • Semelles Orthopédiques / Port de chaussures adaptées : Pour redistribuer le poids et soulager la pression sur les sesamoïdes.
    • À long terme :
      • Kinésithérapie Active : Exercices ciblés pour renforcer et stabiliser les pieds.
      • Options Avancées : Injections de corticoïdes ou chirurgie en cas de douleur persistante.
  5. Temps de Guérison :
    • Sésamoidïte légère : Amélioration en 3-4 semaines.
    • Modéré : Nécessite 6-8 semaines.
    • Sévère : Peut s’étendre sur plusieurs mois.
  6. Prévention et Suivi :
    • Ajustement des activités physiques.
    • Continuer les exercices de renforcement même après la guérison.

Sources scientifiques 📚